29 août

Acheter à moindre coût un appartement à Porto-Vecchio est possible

La remise des cls

Le marché immobilier se porte très bien. Tous les voyants sont au vert : les prix sont stables, les taux plus bas que jamais, les aides du gouvernement plus accessibles, bref, c’est le moment d’acheter un appartement à Porto-Vecchio, sur l’ile de Beauté, dans d’excellentes conditions ! D’ailleurs, un chiffre est probant : avec un score de 97, l’indice Insee de confiance des ménages témoigne de l’optimisme des particuliers. Vous souhaitez acheter un appartement à Porto-Vecchio ? Et vous aimeriez l’acquérir à moindre coût ? Parfait, en 2016, c’est possible. Les taux ont tellement chuté qu’ils vous donnent la possibilité d’acheter plus grand (de l’ordre d’une pièce) ou d’acheter moins cher.

Des taux toujours très bas
Du côté des meilleurs taux négociés chez Meilleurtaux.com, les records sont de plus en plus impressionnants : ainsi, un taux de 0,80 % sur 15 ans a été négocié dans une agence parisienne et l’agence d’Aurillac a réussi à obtenir 1,10 % sur 25 ans pour un profil avec 20 % d’apport et des revenus stables, mais pas dans une moyenne très élevée ! Avec un tel recul des taux, le coût du crédit diminue donc encore : selon Vousfinancer.com, en seulement 6 mois, la capacité d’emprunt pour 1 000 € par mois est passée au-dessus des 200 000 € quand le coût a, lui, reculé de 16 000 €.

Un courtier est indispensable
Il sera obtenir les meilleurs taux. Confiez-lui votre dossier et laissez faire ce professionnel ! Ainsi, vous aurez les meilleures conditions de crédit.

Faites jouer la concurrence
Comparez les offres entre les autres compagnies et l’organisme de crédit qui vous accordera le prêt : vous ferez encore des économies sur le coût de votre crédit.

Profitez du PTZ dans l’ancien
Et si vous achetiez un appartement à Porto-Vecchio avec un peu de travaux à effectuer ? De cette façon, vous l’achèterez moins cher et, surtout, vous pourrez peut-être obtenir un prêt à taux zéro, dans l’ancien, qui permet de financer jusqu’à 40 % d’une acquisition. Sous condition de ressources bien sûr. Alors, renseignez-vous !

C.V. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée